Zéro Déchet

Gaspillage alimentaire : les astuces simples pour ne plus rien jeter !

On en entend parler partout depuis quelques années. Sur instagram les comptes fleurissent chaque jour un peu plus pour lutter contre ce virus impitoyable, les rayons en librairies se remplissent de plus en plus, et chacun tente de faire des efforts pour limiter les dégâts. Non, on ne parle pas du coronavirus, mais des déchets. Ici, on va se limiter à une sous-catégorie de ce vaste fléau : le gaspillage alimentaire. 

Pour mieux comprendre ce qui se cache sous cette catastrophe écologique, éthique et humaine, découvrons ensemble quelques chiffres parlants et choquants. Mais pas de panique, nous ne sommes pas là pour vous accabler de mauvaises nouvelles (on ne va pas détruire encore plus cette année 2020), nous allons vous donner quelques conseils malins pour agir au quotidien ! 

Mais tout d’abord, qu’est-ce que le gaspillage alimentaire exactement ? 

D’après le Pacte National “Anti-gaspi” de 2013 : « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ». 

Pour mieux comprendre cette définition et l’impact du gaspillage alimentaire, rentrons dans l’univers éclairé des chiffres.

Commençons par un chiffre global : 1.3 milliard de tonnes. C’est le nombre d’aliments jetés et perdus chaque année. Si je vous dis que cela représente ⅓ des aliments produits sur la planète, vous serez d’accord avec nous pour dire qu’il s’agit d’un problème mondial de premier ordre et qu’il est nécessaire d’agir ensemble chaque jour ?

Allez, on continue à décortiquer cette catastrophe avec ce chiffre : 9 millions de tonnes. Oui, c’est beaucoup et c’est ce que jette et perd la France chaque année (entre la distribution, les foyers et la restauration), malgré notre puissance économique, nos avancées technologiques et nos connaissances. 

Sur ces 9 millions de tonnes, une bonne partie concerne les foyers. Et oui, c’est nous ! 

Chaque année, une personne gâche 79kg de nourriture. Mais, sur ces 79kg, seulement une vingtaine peuvent être évités, le reste ne sont que des carcasses, épluchures, etc. 13 de ces 20kg concernent des repas non finis, des fruits et légumes non consommés et 7 sont des produits non déballés. 

Oui, on est d’accord, c’est bien dommage et évidemment évitable. Ne nous décourageons pas, nous pouvons tous agir à notre niveau. Comme dit ce vieil adage “Mieux vaut tard que jamais”. 

Allez, maintenant, retour sur les bancs de l’école. Prenons notre calculette et faisons quelques mathématiques. 

Si on multiplie ces 20 kg évoqués ci-dessus à toute la population, on atteint, à peu près, 1,3 million de tonnes, ce qui nous donne 38 kg de nourriture jetée et perdue chaque seconde

Ces chiffres sont déjà assourdissants, mais ceux qui viennent pourraient tout autant vous choquer et vous faire faire un virage à 360° dans vos habitudes quotidiennes : 

Sachant qu’il faut 1 000 litres d’eau pour produire 1 kilo de farine, c’est-à-dire environ une baignoire entière, je vous laisse imaginer le nombre de litres d’eau gâchés lorsque qu’on achète 1 baguette alors qu’½ était suffisante. Le pain représente 14% des 20 kilos de nourritures gaspillées et évitables.

Il faut aussi 1 000 litres d’eau pour produire un kilo de l’aliment le plus hype et le plus instagrammable de notre décennie : l’avocat .Et oui ! Sachez qu’en plus de ça, on peut y ajouter de gros problèmes de déforestation et de crimes organisés, mais ça c’est un autre sujet !

Il y a pire ! Sachez qu’il nécessite 15 000 litres d’eau pour produire un kilo de viande, ce qui représente 70 baignoires ! Oui, oui vous avez bien lu…C’est-à-dire qu’à chaque fois que l’on jette de la viande, c’est des milliers de litres d’eau qui sont gâchés inutilement. 

Vous comprendrez que la liste est très longue et qu’en plus de l’eau, on peut rajouter le fait qu’1 personne sur 6 souffre de malnutrition, que l’empreinte carbone annuelle de ce gaspillage représente 15,5 millions d’équivalent CO2, et que ces déchets représentent des  ressources utilisées pour rien : pesticide, espaces agricoles, énergies, etc.

Il est vrai que ce tableau n’est guère joyeux. Mais ce n’est pas essentiellement de notre faute. Rappelons que nous vivons dans un monde rempli d’incohérences et d’inégalités. Quand on lit qu’1 personne sur 9 a faim et qu’1 adulte sur 8 est obèse, on peut se dire qu’il y a un déséquilibre alarmant. 

Ces chiffres deviennent sûrement compréhensibles, quand on découvre qu’un pays d’Afrique ou d’Asie jette et perd entre 6 à 11 kg de nourriture alors qu’un pays d’Europe ou d’Amérique se situe entre 95 et 115 kg.

Malgré ces nouvelles peu réjouissantes, il y a des solutions à notre échelle, qui sont possibles et faciles à employer au quotidien. 

Voici quelques unes de nos astuces : 

Achetez en vrac pour n’utiliser que ce dont vous avez besoin et évitez les déchets plastique et carton. Surtout qu’aujourd’hui, de plus en plus de magasins s’implantent un peu partout en France.

Faites une liste de course, notamment après manger, cela évite d’acheter en trop grosse quantité et des produits dont on n’a pas besoin.

Ne pas avoir peur des dates de péremptions pour ce qui concerne “à consommer de préférence avant le…”. Après la date affichée, ils sont comestibles, ils perdent juste en goût et en texture.

Utilisez les résidus alimentaires pour faire un bouillon qu’on pourra utiliser pour toutes nos préparations. Cela donnera plus de saveurs à vos plats et donnera une seconde vie aux épluchures, carcasses etc. Il suffit de garder vos déchets au frigo dans une boite hermétique et de les mettre à bouillir une petite heure dans de l’eau, que vous pourrez conserver quelques jours au frigo ou bien congeler. D’ailleurs ces déchets alimentaires peuvent aussi être congelés. 

Utilisez les fibres des légumes extraits (par exemple pour les jus de légumes) pour faire des galettes à la poêle.

Utilisez les résidus des laits végétaux faits maison, qu’on appelle l’okara, pour remplacer une partie de la farine pour des gâteaux ou à rajouter sur des yaourts

Mixez le reste des vos herbes, feuilles vertes (épinards, blettes, etc) pour faire un petit gratin ou une tarte.

Il vous reste du pain ? Coupez le en cube, mettez un filet d’huile d’olive, enfournez les quelques minutes et cela vous fera des croûtons pour vos soupes. Vous pouvez très bien les conserver dans des bocaux

Utilisez vos restes de la semaine pour faire une timbale de restes. Mélangez vos préparations à base de légumes, de viande, poissons, ce que vous avez fait dans la semaine, à des pâtes. Mettez le tout dans un plat à gratin, et hop au four. Ça fait un plat complet et différent chaque semaine.